Partagez | .
 

 “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♔ Apprentie du Clan des Lueurs
avatar
Nuage des Anges♔ Apprentie du Clan des Lueurs
Messages : 52Date d'inscription : 11/09/2015Age : 21
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Sam 17 Oct - 23:34



Même le diable fut un ange au commencement.


Feat : Nuage des Anges & Libre

Mes paupières sont lourdes de fatigue, et mes muscles engourdis par cette longue journée d'entraînement. Le ventre plein et du repos bien mérité, je me suis allongée dès que possible dans ma couche, m'étalant paresseusement sur la litière. Mais rapidement, les autres apprentis ont rejoint la tanière, tous aussi exténués que moi après les exercices que leur ont fait subir leurs mentors. J'ai dû me serrer pour leur laisser la place, et je me suis rapidement retrouvée mal à l'aise entre Nuage du Nadir et Fureur Nuageuse. La tanière commence à être trop petite, et c'est à peine si ne nous entassons pas les uns sur les autres. Au moins dans la pouponnière, nous étions tous assez petits pour ne pas se marcher dessus. Mais ici, dès que l'un d'entre nous bouge dans son sommeil, quelqu'un se prend forcément une patte dans le visage, ou se fait pousser contre un autre. J'entends Amalgame Nuageux ronchonner, probablement parce qu'elle vient de se prendre un coup par un autre apprenti. A côté de moi, Fureur Nuageuse dort profondément, s'étalant contre moi. Je fronce le museau, certaine de ne pas parvenir à dormir dans cette position. Mais de l'autre côté, mon frère m'empêche d'étendre confortablement mes pattes. Je soupire, impossible de tenir plus longtemps oppressée ainsi. Je me lève souplement et sors rapidement de la tanière, faisant tomber par la même occasion mon meilleur ami, qui ne semblait pas en être pour autant réveillé. Je ne peux empêcher un sourire, avant de m'étirer et de rejoindre le centre du camp.

La nuit semble être tombée depuis peu, car quelques guerriers sont encore hors des tanières. Je cherche ma mère du regard, certaine qu'elle ne sera pas couchée tant qu'il y aura encore des traînards dans le camp. Les soirées sont plutôt douces en ce moment, et il n'est pas rare que certains profitent des légères brises des débuts de nuit. Je la vois alors allongée près du chef, probablement à faire son compte-rendu de la journée. J'étais très fière d'elle le jour où elle est devenue lieutenante, car je sais qu'elle mérite ce rang plus que quiconque. Je suis juste triste pour Fureur Nuageuse, qui a perdu sa mère à cette même période. Etoile du Papillon était une bonne meneuse, je la regrette autant que tous mes camarades.

Je m'avance alors vers Rivière Étoilée, qui dresse les oreilles à ma venue, probablement curieuse de me voir levée après cette journée éprouvante. Elle n'est pas du genre à me rabrouer à la moindre occasion, pas comme mon frère. Je suis moins turbulente, elle sait qu'elle peut me faire confiance tant que Nuage du Nadir ne m'entraîne pas dans ses affreuses bêtises.

▬ Que fais-tu encore debout à cette heure Nuage des Anges ? me demande-t-elle de sa voix douce.

▬ Je n'arrive pas à dormir, alors je vais faire un tour pour me dégourdir les pattes. Je ne serais pas longue, promis.

▬ Fais attention à toi.

J'acquiesce et lui touche le museau avec affection, laissant échapper un ronron à son contact. Elle n'a pas à se faire du soucis, je ne ferais qu'un rapide tour du territoire. Je m’éclipse aussitôt, galopant vers la sortie du camp.

La lumière de la lune me permet de me déplacer sans encombre parmi les plaines de nos terres, et aucun arbre n'obscurcit ma vision. Je peux admirer le ciel étoilé dans son ensemble, le vent balayant mon pelage fourni. La pleine lune est proche, et peut être aurais-je l'occasion de me rendre à l'Assemblée. Ce serait la première fois, et j'en suis toute excitée. Je cours gaiement dans les hautes herbes, appréciant leur caresses sur ma fourrure. Mon poil ébène me permet de me confondre parfaitement avec le paysage Nocturne. Je m'arrête un instant pour reprendre mon souffle après cette délicieuse course. Je me lèche le poitrail pour remettre mon pelage en place, et regarde au loin, la queue haute de curiosité. La nuit, personne ne peut venir me donner des ordres et me sortir de ma rêverie. Je peux flâner à ma guise, sans être obligée de me concentrer sur un lapin ou de surveiller les pattes d'un autres apprenti lors de l'entraînement, pour ne pas finir à terre.

Par delà la frontière, et loin après le territoire du Clan de la Brume, j’aperçois un rocher en hauteur surplombant toute la forêt. Je comprend qu'il s'agit de la Corniche, cet escarpement à flanc de montagne n'appartenant à personne. Je me souviens de certains récit de ma mère, alors que je n'étais encore qu'un chaton. Elle me décrivait le paysage vu de là-haut, à quel point les levers et couchers de soleil pouvaient être beaux, et comme l'on pouvait se sentir proches des étoiles. J'hésite à peine un instant, et me dis qu'il faut que je le vois de mes propres yeux.

Je mets un certain temps à l'atteindre, mais j'arrive enfin à gravir cette longue côte. Je grimpe un dernier amas de pierre, et parviens enfin à escalader la corniche. Essoufflée, je m'arrête un instant, jusqu'à ce que reste interdite face au panorama. La lune presque pleine baigne la forêt de sa lumière blanche, éclairant jusqu'à des kilomètres aux alentours. Je reconnais notre territoire au loin, et c'est étonnant de voir à quel point il semble petit vu d'ici. Je lève les yeux vers le ciel, et comprend aussitôt ce que me contait ma mère. C'est étonnant. Au delà de cette beauté indiscutable, je me sens plus proche d'eux. Mes ancêtres, nos anciens combattants. Je ne sais pas si je suis plus protégée, ou même si je peux de cette façon prendre contact avec eux, mais je les sens là, proches de moi. Comme s'ils m'observaient et veillaient sur moi. Je ne sais pas qui vit là-haut, et porte ses yeux sur moi, mais je sais que j'y ai forcément de la famille. Peut être un grand oncle, une cousine, peu importe. Ils seront toujours là pour moi et mon frère. Je leur adresse une prière silencieuse, les remerciant de veiller sur nous. Et plus particulièrement à Etoile du Papillon et Fureur du Lion, leur promettant que je ferais attention à Fureur Nuageuse, et ne l'abandonnerais jamais.

015 © Lunay's invention - Just for Jumt
Voir le profil de l'utilisateur



Nuage des Anges
Apprentie du Clan des Lueurs



Je ronronne en [#F08080]
♔ Apprentie du Clan de la Brume
avatar
Nuage de Soie♔ Apprentie du Clan de la Brume
Messages : 17Date d'inscription : 11/09/2015Age : 20
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Lun 19 Oct - 23:10



Même le diable fut un ange au commencement.

Feat : Nuage des Anges & Nuage de Soie



Le cœur au bord des lèvres, je laisse tomber la proie, que je tenais à la gueule, sur la pile de gibier à mes pieds. Elle s'écrase sur les autres dans un froissement de fourrure accompagné d'un léger cliquetis d'os et de griffes. L'odeur du gibier envahit mes narines, me privant de mon sens de l'odorat comme habituellement. Je déteste tant cet endroit. Je sens des fourrures me frôler tandis que le vent tourbillonne entre mes pattes et je ne bouge pas d'un poil, attendant que les autres apprentis et mentors de la patrouille dépose leurs précieux fardeaux et s'éloignent. Personne ne fait le moindre commentaire, personne ne propose de m'aider tandis que je reste bien droite de peur de rentrer dans quelqu'un, mais je préfère ça. Je refuse d'être traitée comme une Ancienne, d'être assistée. Je déteste tellement cette condition.

L'air se calme autour de moi, l'endroit redevient plus silencieux et je me décide à bouger. Doucement, à petits pas, je m'éloigne de la réserve de proies jusqu'à retrouver un air plus pur et familier, sentant bon la terre humide et le roseau. Les ombres se font plus opaques et je devine que bientôt il me sera inutile de seulement ouvrir les paupières : la nuit tombe. Pourtant, je le ferais tout de même. Faisant semblant d'être normal sans doute. Je m'arrête à quelques pas de la tanière des apprentis et relève la tête pour humer l'air. Ma sœur est déjà là, agitée. Certainement occupée à reformer sa litière. Je pourrais la rejoindre, ainsi que les autres. Qui me regarderont certainement en ricanant tandis que je tenterais de m'endormir, racontant à tous ceux qui veulent bien l'entendre mes mésaventures de la journée.

La nausée me revient et sans plus penser plus loin, je fais volte-face pour m'éloigner autant que possible d'eux, de cette humiliation constante qu'est ma vie. Presque au pas de course, je m'engouffre dans le passage étroit menant à l'extérieur du clan, les moustaches frôlant les bords de roseaux, lorsque je ressens soudainement une vive brûlure juste en dessous de l’œil. Ma gorge se serre et je m'empresse d'inspirer de grandes gorgées d'air lorsque j'arrive sur les terres du clan. Personne n'est capable de casser d'un coup de dents une branche mal placée ? Je me recroqueville sur moi-même en tentant de me calmer. Comment peut-on être assez fragile pour manquer s'éborgner tout seul ? Même un campagnol est plus intelligent et mieux doté par la nature que moi. Je ricane intérieurement en pensant à une expression d'un des mentors de mes camarades qui nous expliquait l'ordre de la nature. Dans la chaîne alimentaire, je ne dois pas être bien loin de ce campagnol. Je chasse la crise d'angoisse qui commence à m'envahir sournoisement en levant le visage au ciel. La brume n'est pas aussi noir qu'habituellement mais d'un gris presque laiteux. Une pleine lune ne devrait pas tarder. En d'autres termes, une assemblée à laquelle je ne participerais pas. Je m'assois dans la terre boueuse et ramène ma queue épaisse autour de mes pattes, les yeux toujours levés. Quel est mon rôle ici ? Quel est le but de mon existence ? Je ne suis rien, je ne sers à rien au sein de mon propre clan. Je ne suis même pas apprentie. J'ai le droit de chasser et de m'entraîner quelques fois avec les autres simplement parce que le clan a plus que jamais besoin de pattes pour se remettre de la Grande Inondation. Ha, en plus d'être plus misérable qu'un campagnol, je suis née en pleine saison de la plus grande catastrophe que la forêt n'est jamais vue, n'est-ce pas là un signe des plus évocateurs ? Le clan n'aurait d'ailleurs certainement jamais accepté l'arrivée de Nuage d'Harmonie et moi si Étoile de Mandragore n'avait pas imposé notre présence en un geste généreux.

Je ferme les yeux, laissant le vent de la nuit ébouriffer mon pelage. La seule personne nous ayant jamais montré autre chose que de la pitié ou du mépris était morte. Peut-être nous regarde-t-il de là-haut ? dirait Nuage d'Harmonie. J'esquissai un pauvre sourire. Comment croire au Clan des Étoiles lorsque le ciel n'est qu'une brume un peu plus lumineuse que le reste du monde ? Certain ont besoin de voir pour croire. Moi, j'ai besoin de sentir. Je me relève et m'étire puis me secoue pour débarrasser mon pelage d'un maximum de terre. Je devrais rentrer, profiter d'un sommeil réparateur avant de redémarrer une journée difficile. Mais je n'en ai aucune envie. Le souvenir de la douleur fulgurante ressentie alors que j'allais bondir sur ma proie s'imposa à moi et je sortis les griffes sans m'en rendre compte. Non, décidément je n'était pas prête à faire face aux autres. Pourquoi ne pas plutôt profiter de la nuit ? Il n'y a là personne pour me regarder, pour me juger alors que je slalome laborieusement entre les arbres, les creux et les bosses.

Un autre souvenir vient à moi tandis que je marche à pas lent dans la forêt. La voix enjouée de Nuage d'Harmonie, regrettant que je ne souhaite pas l'accompagner avec les autres pour grimper en secret sur la Corniche malgré les avertissements de leurs mentors. Nuage de Mousse renchérit alors d'un ton moqueur : Il paraît que la vue est merveilleuse ! Et bien sûr, je déclinai l'invitation pour me réfugier dans un coin de la tanière désertée. Revenant au présent, je pris une profonde inspiration et modifiai la direction de mes pas, me repérant aux odeurs vieilles ou plus fraîches des passages de félins. C'est décidé. Ce n'est pas parce qu'un de mes sens est défaillant que je n'ai le droit de vivre de la même façon que les autres, c'est ma philosophie. Alors pourquoi l'oublier dès que je me sens jugée ? Avec un soudain regain de confiance en moi, j’accélérai même le pas au point d'éviter de justesse un arbre puis de trébucher sur une racine. Mais je ne ralentis pas, même lorsque le terrain s'inclina fortement sous mes pattes et que je trébuchai à plusieurs reprises sur les pierres parsemant le sentier. Je gravissais la côte menant à la corniche. Enhardie par la découverte de ce lieu que je m'étais jusque là refusé, je ne faisais plus attention à mes pattes, ne sentant même pas la brûlure qui commençait à se propager dans mes muscles. Puis, soudain, le terrain redevint plat sans prévenir. Emportée par mon élan, je traversai les quelques mètres restant entre moi et la paroi de la falaise sans pouvoir m'arrêter, ayant à peine le temps de prendre conscience d'une présence à quelques pas, avant de m'assommer proprement contre la pierre.

Je chancelai, tentai de garder mon équilibre tandis qu'une douleur lancinante remontai dans mon museau. Les bonnes vieilles habitudes... Serrant les dents je me recroquevillai au sol en attendant que ça passe avant d'inspirer et de me rappeler de la présence. Un chat du clan des Lueurs. Même au beau milieu de la nuit, en un endroit où les probabilités de rencontrer quelqu'un sont quasi-nulles, je parviens à me faire humilier. Je soupir et marmonne à l'intention de l'autre.

Désolée...

015 © Lunay's invention
Voir le profil de l'utilisateur






[#ffffff]
♔ Apprentie du Clan des Lueurs
avatar
Nuage des Anges♔ Apprentie du Clan des Lueurs
Messages : 52Date d'inscription : 11/09/2015Age : 21
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Mar 20 Oct - 20:31



Même le diable fut un ange au commencement.


Feat : Nuage des Anges & Libre

Quand j'étais petite, je n'étais pas certaine de croire au Clan des Etoiles. C'était un peu trop étrange pour moi, et peut être un peu effrayant. Imaginer que des morts nous observent nuits et jours, je trouvait ça légèrement malsain. Mais au fur et à mesure que les anciens nous comptaient les légendes du passé, je me suis mise à y croire vraiment. Nos ancêtres qui veillent sur nous quoi qu'il arrive. Nous ne sommes jamais seuls, une aide sera toujours apportée à ceux qui le méritent. Mais ce soir, assise ici au sommet de la corniche, tout semble encore plus vrai. Comment douter de leur existence, alors que je sens presque leurs souffles dans mon cou, leurs pelages frôler le mien. Je frisonne et ferme les yeux, me laissant m'enivrer de cette sensation. Je sens comme une présence connue, rassurante. Je ne sais pas qui est là auprès de moi, mais je le remercie de veiller sur moi et les autres. Une douce brise me balaye le pelage comme pour me répondre, et tombe d'un coup, comme si quelque chose perturbait le calme ambiant. J'entends des cailloux rouler dans la pente en contrebas, et je me penche en avant pour observer ce qui ce trame.

▬ Qu'est-ce que... Oh !

J’aperçois aussitôt une forme blanchâtre à terre, peinant à se relever. Une jeune féline à première vue. Je me précipite pour descendre de la corniche et venir à son secours. Peu importe de quel Clan elle vient et si elle est mon ennemi, elle s'est peut être fait mal. Je chasse l'idée qu'Etoile des Remords puisse me faire la morale sur mon geste, car je fais ce qui me semble juste. Je descends avec prudence vers la jeune chatte, qui semble légèrement sonnée. Je sens rapidement qu'elle vient du Clan de la Brume, remarquant qu'elle empeste le poisson. Je passe au delà de cette odeur et m'arrête près d'elle, ayant peur qu'elle se soit fait quelque chose.

▬ Désolée... marmonne-t-elle d'une voix fluette.

Je ne comprends pas pourquoi elle s'excuse, elle n'a rien fait de mal. Je m'appuie contre elle pour l'aider à se relever, fronçant le museau pour supporter la puanteur de son Clan. C'est plus fort que moi, ces chats me donnent la nausée. Nuage du Nadir me dit qu'ainsi, c'est plus simple de ne pas les apprécier. J'ignore la remarque qu'aurait pu faire mon frère, et reporte mon attention sur l'apprentie, qui doit avoir à peu près mon âge.

▬ Mais ne soit pas désolée, tu ne t'es pas fait mal ?

Malgré moi, je ne peux m'empêcher de l'examiner. Je n'ai aucune connaissance de guérisseur, mais je préfère vérifier. Au moins, si elle est blessée, je pourrais toujours l'obliger à retourner dans son Clan pour se faire soigner. Ou essayer, au moins. Je remarque alors rapidement que je suis peut être envahissante, et recule honteusement d'un pas.

▬ Pardon, je... j'ai eu peur pour toi quand je t'ai vue de là haut...

Je baisse les yeux, ayant peur de l'avoir gênée. Elle est la première féline d'un autre Clan que je rencontre, et je dois surement lui faire mauvaise impression. Après tout, pourquoi un chat du Clan des Lueurs aiderait un autre de la Brume ? Est-ce si mal de vouloir apporter son soutient ?

015 © Lunay's invention - Just for Jumt
Voir le profil de l'utilisateur



Nuage des Anges
Apprentie du Clan des Lueurs



Je ronronne en [#F08080]
♔ Apprentie du Clan de la Brume
avatar
Nuage de Soie♔ Apprentie du Clan de la Brume
Messages : 17Date d'inscription : 11/09/2015Age : 20
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Jeu 22 Oct - 21:15



Même le diable fut un ange au commencement.

Feat : Nuage des Anges & Nuage de Soie


Tandis que je serrais les dents en attendant que les douloureuses pulsations dans mes tempes ne s'arrêtent, la féline témoin de mon énième maladresse me rejoint.

« Mais ne soit pas désolée, tu ne t'es pas fait mal ? »

À mon grand désarroi, elle s'approcha de moi, vérifiant certainement que je n'étais pas blessée, et l'odeur fade du Clan des Lueurs emplie mes narines, accompagnée de celle de son inquiétude sincère. Suffocant presque, je me détournai précipitamment, comme dégoûtée, et grimaçai en sentant le sang cogner violemment dans mes tempes.

« Pardon, je... j'ai eu peur pour toi quand je t'ai vue de là haut... »

« Je vais parfaitement bien, merci ! »

Soulagée qu'elle s'éloigne un peu, je respirai de nouveau et ajoutai pour moi-même en marmonnant, d'un ton mi cynique, mi blasé :

« Si un petit choc comme cela pouvait me blesser, je serais morte depuis longtemps... »

Qui était-elle pour s'inquiéter ainsi pour moi comme si j'étais quelque chose de fragile et non pas un chat de clan suivant son chemin vers le statut de Guerrier ? Je n'étais pas un pauvre chat domestique. Et nous ne nous connaissions pas. Elle n'a donc aucun droit de m'envahir pour jouer à l'apprentie guérisseuse. Avec un petit pincement de culpabilité, je me rendis compte que, si ça se trouve, c'est actuellement exactement ce qu'elle est. Inspirant profondément l'air malgré ma répugnance pour son odeur, je tâchais de passer outre les fragrances principales de son clan pour dissocier le reste et l'analyser. Je n'étais pas encore douée à cette tâche... Mais je n'eu pas l'impression de sentir une odeur de plantes médicinales plus forte que d'habitude. Je fronçai le nez. Ce n'était donc qu'une banale apprentie parmi les coureurs de lapins. J'allais prendre congé pour retourner dans mon clan, gardant rancune à cette chatte qui avait gâché ma nuit lorsque ma décision me revint en mémoire. Je n'étais pas venu ici pour me ridiculiser une nouvelle fois mais pour faire comme tout le monde. Et je ne reviendrais pas sur cette résolution. Ne m'occupant donc plus de l'importune, je lui tournai le dos et repris mon chemin vers le bord de la corniche en tâtonnant du bout des pattes devant moi pour savoir à quel moment j'arriverais à la limite du surplomb. Je commençais à m'habituer à prévoir la présence de branches et de racines, quelques fois de creux et de bosses, mais je ne m'étais encore jamais tenu au bord du vide. Et lorsque j'y arrivai, je chancelai. M'empressant de m'asseoir pour ne pas perdre l'équilibre, je relevai la tête et inspirai à fond avec délice tandis qu'un coup de vent ébouriffait brusquement mon pelage. L'air était plus pur que jamais, portant un ensemble inimaginable de différentes fragrances. J'avais l'impression de me tenir sur le bord du monde. Au diable la vue, comment les autres avaient pu se contrer seulement sur cela ?

015 © Lunay's invention
Voir le profil de l'utilisateur






[#ffffff]
♔ Apprentie du Clan des Lueurs
avatar
Nuage des Anges♔ Apprentie du Clan des Lueurs
Messages : 52Date d'inscription : 11/09/2015Age : 21
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Mar 27 Oct - 15:29



Même le diable fut un ange au commencement.


Feat : Nuage des Anges & Libre

▬ Je vais parfaitement bien, merci !

Je recule d'un pas, choquée par ce revirement. Il y a un instant, elle semblait désolée d'être tombée, et maintenant elle fait comme si de rien n'était. Je la regarde s'éloigner de moi, semblant presque dégoûtée. La chaleur me monte aux oreilles, et je me sens honteuse sans savoir pourquoi. Je me fais petite, ayant peur de l'avoir contrarié. J'ose lui jeter un regard, me demandant comment réparer la faute que je comprends pas avoir commise.

▬ Si un petit choc comme cela pouvait me blesser, je serais morte depuis longtemps...

C'est ce qui s'appelle s'en prendre plein les dents, et je ne suis même pas certaine d'avoir bien comprit le sens de sa phrase. Je reste sans voix, ne saisissant pas pourquoi cette apprentie m’envoie ainsi balader. Elle ne ressemble pourtant pas à toutes ces femelles un peu pimbêches, qui prennent tous les autres pour des êtres inférieurs et inutiles. Pourtant, c'est le même genre de comportement. Je retiens toute remarque, pour ne pas la blesser. Si elle se comporte de cette manière, c'est qu'elle doit avoir une raison d'être vexée. Mais j'ai beaucoup de mal à la saisir.

Muette, je la regarde s'éloigner vers la corniche, d'une étrange démarche. Comme si elle avançait à tâtons. Je plisse le front, complètement déroutée. La lune est pourtant suffisamment lumineuse ce soir pour voir où l'on pose ses pattes. Mais je peux comprendre que la pente abrupte n'inspire pas confiance, et qu'elle préfère s'assurer de ses prises. Je reste assise en contre-bas, l'observant enfin atteindre le sommet. Je me demande si perchée là-haut, je lui ressemblais. Elle est majestueuse, assise au bord de la corniche. Elle doit comprendre ce sentiment de puissance et de liberté que j'ai ressenti juste avant sa venue. Je ne peux m'empêcher de sourire en la voyant là haut. Elle a l'air détendue, plus qu'à l'instant. J'ose me lever pour la rejoindre, d'un pas hésitant. Je m'assois silencieusement près d'elle, évitant toutefois de trop m'approcher. Si elle n'est toujours pas de bonne humeur, autant éviter de la froisser encore plus.

▬ C'est la première fois que je viens ici, la vue est incroyable.

Je laisse mon regard se balader au loin, admirant le paysage. Une nouvelle brise vient nous bercer, alors je ferme les yeux pour l'apprécier. C'est plus qu'une simple vue époustouflante, c'est un mélange de sentiments qui s'emparent de moi. Mon poil se gonfle, je me sens si bien ici. Je n'ai même pas besoin de voir le lever du soleil pour aimer cet endroit. Ma mère avait raison, c'est un spectacle sensationnel à ne pas rater. Je frisonne d'excitation, et mes yeux doivent pétiller de bonheur. La présence de l'apprentie ne me met même plus mal à l'aise.

▬ Tu ne les ressens pas ici ? Je veux dire, tu n'as pas l'impression que nos ancêtres sont près de nous ?

Je n'ai pas peur de lui parler, et elle peut bien se montrer désagréable, je ne laisserais pas un moment comme celui-ci être gâché par son mauvais caractère.

015 © Lunay's invention - Just for Jumt
Voir le profil de l'utilisateur



Nuage des Anges
Apprentie du Clan des Lueurs



Je ronronne en [#F08080]
♔ Apprentie du Clan de la Brume
avatar
Nuage de Soie♔ Apprentie du Clan de la Brume
Messages : 17Date d'inscription : 11/09/2015Age : 20
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Jeu 5 Nov - 19:03

HRP :
 

Même le diable fut un ange au commencement.

Feat : Nuage des Anges & Nuage de Soie


Le visage offert à la caresse rafraîchissante du vent, je me calmais doucement. Me rendant compte d'une chose. Il n'y avait pas que les clans. Il n'y avait jamais eu que le clan. Bien sûr, je savais que le monde était plus vaste que ces quatre territoires et les terres libres. Tout le monde avait déjà entendu parler des domestiques, de la ville... Et des histoires couraient même sur des terres encore au-delà, peuplées de félins inconnues. Mais pour la première fois, en respirant cet air chargé de tant d'effluves comme autant de preuves de vies, semblant provenir de partout à la fois, ayant peut-être déjà parcourue des milliers de queues, je me sentais tout d'un coup minuscule. Et pourtant, dans le même temps l'angoisse qui m'étreignait depuis que j'avais approché de mes 6 lunes s'éloigna. À quoi bon s'inquiéter, se torturer ainsi à propos de mon intégration dans le clan ? Qui m'obligeait à m'y intégrer ? Je n'avais même pas de parents, rien qui me retienne. Je pouvais faire ce que bon me semblait.

« C'est la première fois que je viens ici, la vue est incroyable.»

Je sursautai violemment, tirée de ma rêverie par cette voix trop proche. J'avais sans-doute inconsciemment pensé que cette indésirable était partie, en tout cas je l'avais oublié. Et il m'étais impossible de prévoir son approche en ce lieu. J'inspirai et expirai à fond de manière appuyée pour me détendre et ne répondit pas. J'étais concentrée sur une tâche et pas des moindres : effacer cette féline. La brise qui remontait le long de la falaise avant de s'engouffrer brusquement par dessus m'y aidait bien. Comme heureuse d'être enfin libre, elle semblait se jetait allègrement à l'assaut de la corniche, profitant du fait qu'elle ne rencontrait plus l'opposition de la falaise.

« Tu ne les ressens pas ici ? Je veux dire, tu n'as pas l'impression que nos ancêtres sont près de nous ? »

J'eus un petit rire fatigué. J'entendais toujours la même chose. Mais pourquoi donc croire à pareil chose ? Pourquoi tant de monde partageant cette même pensée farfelue ?

« Non, du tout. Et dieu merci, l'air empesterait la décomposition. »

Je roulai sur le dos comme si je souhaitais regarder le ciel sans fatiguer ma nuque, rattrapée par l'heure avancée et épuisée par toutes ses émotions. Je ne pu étouffer un bâillement puis repris d'une voix un peu plus faible.

« Je ne comprendrai jamais comment certain peuvent croire en ce qui n'est pas visible. Les chats meurent. On les enterre dans des trous. Comment serait-il possible qu'ils nous regardent ? Et admettons que pour une raison totalement folle, ils le fassent. Pourquoi nous aider ? Et comment ? C'est ridicule. »

Je n'attendais aucune réponse à sa question, je savais que tout manière, elles ne me satisferaient pas. J'espérais juste peut-être un jour trouver quelqu'un d'assez rationnel pour être d'accord avec moi. Il était ur d'être toujours contredite sans autres explications que "tu as tort, j'ai raison".

Quiproquo :
 

015 ©️ Lunay's invention
Voir le profil de l'utilisateur






[#ffffff]
♔ Apprentie du Clan des Lueurs
avatar
Nuage des Anges♔ Apprentie du Clan des Lueurs
Messages : 52Date d'inscription : 11/09/2015Age : 21
Votre personnage
XP:
10/100  (10/100)
Relations:
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   Dim 8 Nov - 11:16



Même le diable fut un ange au commencement.


Feat : Nuage des Anges & Libre

Je tourne la tête vers elle au moment où elle ricane à ma réplique. Qu'y avait-il de si drôle ? Je me sens à la fois offusquée et gênée, comme si ce que j'avais dit était aberrant. J'évite son regard, vexée.

▬ Non, du tout. Et dieu merci, l'air empesterait la décomposition.

Je me dandine sur place, mal à l'aise. Je ne sais pas comment réagir à sa remarque. Elle en est presque malsaine. Quand j'imagine Etoile du Papillon nous observer, je ne vois pas un corps en décomposition, c'est bien trop morbide. Je n'ai jamais eu de contact avec le Clan des Etoiles, mais j'ai entendu dire qu'ils traînaient avec eux de la poussière d'étoile, enveloppant leur silhouette fantomatique. Rien d'aussi répugnant que la vision que cette apprentie venait de me donner.
Celle-ci s'allonge sur le dos, comme si tout était normal et logique dans ses propos. Peut être qu'au Clan de la Brume, leurs ancêtres leur rendaient visite dans un sale état. Quoi que c'était tout de même étrange. Je préfère ne pas bouger, et fixe mon regard au loin vers mes terres. Nuage du Nadir et Fureur Nuageuse me rassureraient, m'affirmant que le Clan des Etoiles est bien plus beau que ce qu'elle m'affirme. Pourtant, son point de vue m'intéresse. Pourquoi pense-t-elle ainsi ?

▬ Je ne comprendrai jamais comment certain peuvent croire en ce qui n'est pas visible. Les chats meurent. On les enterre dans des trous. Comment serait-il possible qu'ils nous regardent ? Et admettons que pour une raison totalement folle, ils le fassent. Pourquoi nous aider ? Et comment ? C'est ridicule.

Je fixe mes pattes. Cette fois-ci, c'est tout à fait clair, elle ne croit pas en nos ancêtres. J'ai entendu dire que certains refusaient d'admettre leur existence, pour d'obscures raisons. Ce n'est pas pour autant qu'ils étaient moins loyaux à leur Clan. Ils menaient leur vie différemment, avec des buts opposés aux autres, mais vivaient pour servir les leurs. Alors à quoi bon essayer de les résonner. Je ne suis ni meneuse ni Guérisseuse. Je n'ai moi non plus aucune preuve de leur existence, seulement les paroles des plus âgés. Alors je comprends qu'elle soit dubitative. Elle ne remet pas en cause mes croyances, mais je ne suis pas là pour prêcher le vrai du faux.

▬ Honnêtement, je ne sais pas.

Je ne suis d'ailleurs même pas certaine qu'ils peuvent réellement nous aider. Mais ils veillent sur nous à leur manière. Mais elle ne le comprendrait pas. Alors je préfère ne pas l'agacer sur ce sujet. Je respecte son choix rationnel.

▬ Alors, pourquoi es-tu venue voir cet endroit ?

Ce n'était évidement pas pour se sentir plus proche de nos ancêtres. Mais la Corniche regorge d'autres merveilles. Elle doit bien avoir ses raisons. Moi même je suis venue pour cette vue spectaculaire. Je m'efforce d'être gentille envers elle, malgré son petit caractère. Elle n'a surement pas confiance en moi, ce que j'entends totalement. Alors j'y vais doucement, je ne compte pas en faire mon ennemie. Qu'importe que nous venons de Clans différents, nos horizons sont les mêmes.

015 ©️ Lunay's invention - Just for Jumt



HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur



Nuage des Anges
Apprentie du Clan des Lueurs



Je ronronne en [#F08080]
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: “Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre   

 
“Même le diable fut un ange au commencement.” || Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Park Jin Hyun ♚ même le diable fut un ange, jadis (MAJ LE 13.12)
» BIRDY-LOU ♣ le diable a un visage d'ange
» Julia Birthday Party || Ange ou Demon?
» Ange gardien
» Corne du Diable = Psycopathe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Cats Destiny :: Terres Communes :: Terres Libres de la Forêt :: Corniche-